Se connecter Inscription
× Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






Les mécanismes de financement font défaut au programme du gouvernement de Jebali (Experts)

»  News   »  Publié le 23-12-2011  »  lu [ 1109 fois ]

Les mécanismes de financement font défaut au programme du gouvernement de Jebali (Experts)

Des experts et économistes tunisiens ont déclaré jeudi à la TAP, en réaction à l’annonce du programme du gouvernement de Jebali devant l’Assemblée Nationale Constituante (ANC), que celui-ci (le programme) «reflète les bonnes intentions de ses concepteurs» mais manque, néanmoins, «d’objectifs quantitatifs clairs et de mécanismes efficaces pour leur réalisation». 

 M. Hamadi Jebali avait annoncé que son gouvernement prévoit la création, en 2012, de 20 000 postes d’emploi dans le secteur public comme « contribution de l’Etat à l’effort pour la promotion de l’emploi ». Il a évoqué, à ce sujet, les opportunités d’emplois offertes dans les pays frères et voisins, notamment, la Libye, les pays du Golfe et l’Europe. Le programme proposé par le nouveau gouvernement prévoit également de faire bénéficier davantage de familles nécessiteuses, voire 50 000 familles supplémentaires, de la prime mensuelle de 70 dinars.


Cette mesure porte le nombre global des familles bénéficiaires de cette prime à 235 000. M. Mahmoud Ben Romdhane, enseignant de sciences économiques à l’Université de Tunis, estime, lui, que la question qui se pose actuellement est «comment financer les nouvelles mesures économiques et sociale décidées par le nouveau gouvernement? et quel est leur impact sur les grands équilibres financiers et économiques du pays ?».

 L’universitaire s’est interrogé aussi sur les «limites tolérables» du déficit du budget de l’Etat pour le gouvernement de Jebali et sur les méthodes de financement de ce déficit (endettement intérieur ou extérieur). M. Noureddine Bhiri, ministre de la Justice dans le nouveau gouvernement, avait annoncé, auparavant, que le gouvernement projette de réaliser un taux de croissance de 5% en 2012 et de créer environ 400 mille emplois. Pour Moez Labidi, analyste financier, ces mesures annoncées demeurent «de simples promesses» en l’absence de visibilité concernant les méthodes et les mécanismes de financement. 


L’expert a mis en garde contre une «réaction négative» face à l’annonce de ces mesures de la part des milieux avisés de financement et d’affaires. L’actuelle phase transitoire nécessite, a-t-il dit, « la transmission de signaux clairs pour les investisseurs tunisiens et étrangers », faisant remarquer que le grand défi consiste en « le rétablissement de la confiance des tunisiens et des hommes d’affaires et l’amélioration du climat d’affaires en général ». 

 Par ailleurs, il a insisté sur «l’impératif d’engager, dans l’immédiat, les débats sur le budget de l’Etat et la loi des finances», pour garantir une meilleure visibilité. L’expert a suggéré, à cet effet, «la création de comités de réflexion regroupant des compétences indépendantes».

 Leur mission consistera à identifier des solutions pratiques pour promouvoir l’emploi et le développement régional et à réformer les systèmes de l’éducation, de l’enseignement et de la formation. Un autre économiste, qui a requis l’anonymat, a indiqué, que la marge de manœuvre du gouvernement de Jebali est «très limité», puisque le budget de l’Etat pour l’année 2012, présenté par le gouvernement de Beji Caid Essebsi, prévoit un déficit estimé à 6%, et ce, sur la base d’un ensemble de scénarios difficiles à traduire dans les faits.

 Il s’agit, notamment, de la réalisation d’un taux de croissance de 4,5% au cours de l’année 2012, du prélèvement de 4 jours des salaires et du rajustement des prix des hydrocarbures. Et d’ajouter que le recours au marché financier mondial et l’endettement à des coots élevés, constituent des solutions difficiles à adopter d’autant plus que la révision du rating de la Tunisie aura pour conséquence le doublement du coot de la dette. 

 Pourtant, Le chef du nouveau gouvernement, Hamadi Jebali a estimé, dans son discours annoncé jeudi, que les mesures «urgentes et vitales», figurant dans le programme 2012, sont à la portée de son équipe. Ces objectifs sont réalisables, car la politique du nouveau gouvernement, va être axée, selon le Premier ministre, sur la «lutte contre la corruption et la garantie de l’indépendance et de la compétence des institutions de contrôle financier», outre «l’approche de transparence et d’austérité qu’adoptera l’équipe gouvernementale». 
Source : TAP


Evènements en relation:

         concours Sopal Robinet Design
         Mission d’Hommes d’Affaires au Canada
         « Kabbir Machrou3ik », la campagne de Taysir Microfinance pour les porteurs de projets
         Indice mondial de l'entrepreneuriat : La Tunisie classée 42ème mondiale
         Indice mondial de l'entrepreneuriat : La Tunisie classée 42ème mondiale
         Indice mondial de l'entrepreneuriat : La Tunisie classée 42ème mondiale
         Tunisie-Arabie Saoudite : Signature de 8 conventions et mémorandums d’entente
         La Tunisie participe au Salon international du Bourget de l'aéronautique et de l'espace
         19 bureaux de poste certifiés ISO 9001 version 2015
         Tunisie : Paypal accepte la solution proposée par la BCT, dénouement en vue
         Africa CEO Forum : Attijariwafa Bank primée Banque Africaine de l’année
         Communiqué de la Banque centrale à propos de Paypal
         Consignes aux voyageurs de Tunisair suite à l'instauration du couvre-feu
         Nouvelle agence à El Hamma Gabes
         Avec le jeu Quizz de l'ATB, toute la Tunisie fête le bac 2015
         Avec le jeu Quizz de l'ATB, toute la Tunisie fête le bac 2015
         Avec le jeu Quizz de l'ATB, toute la Tunisie fête le bac 2015
         L'ATB au cœur du projet : 5 zones industrielles à Médenine
         Horaires du mois de ramadan
         GlobalNet ouvre une nouvelle agence à El Mourouj 5

Made in Tunisia

Tunisie Place de Marché (TPM)