× Se connecter Inscription Produits Fournisseurs Annonces B2B Contact






L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie

»  News   »  Publié le 23-01-2019  »  lu [ 15566 fois ]

L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie

Quand Partech Ventures a publié début 2018 son étude « sur les investissements en capital dont ont bénéficié en 2017 les startups africaines actives dans le secteur des nouvelles technologies », il révèle à juste titre que le secteur reste largement dominé par les anglophones, Afrique du Sud (167 millions $), Kenya (147 millions $) et Nigeria (114 millions $) en tête.

Puis viennent l’Egypte (37), le Rwanda (36,7), le Ghana (20), l’Ouganda (16), et trois pays africains francophones ferment le top 10 : le Sénégal (8e avec 10,7 millions de dollars), le Maroc (3,9) et le Cameroun (2,7).

Exit donc de la Tunisie du classement, avec seulement 1,5 million $ levé en 2017. Pour qui connaît la Tunisie, et son écosystème Hightech, il doit y avoir une erreur quelque part.

Ecosystème TIC en Tunisie

Premier pays arabe et africain à se connecter à Internet en 1991, la Tunisie est l’un des principaux points d’entrée des câbles sous-marins internationaux (4) vers l’Afrique. L’Agence Tunisienne d’Internet (ATI) est la seule en Afrique du Nord à être dotée d’un point d’échange internet (TunIXP) et est depuis 2016 le premier centre de formation certifiante IPV6 accréditée par l’AFRINIC (l’African Network Information Center) et gère les serveurs du géant Akamai installés dans le pays.

En Tunisie, les TIC représentent, 7,2 % du PIB autant que le tourisme, 7,5 % de taux de croissance, 100 000 emplois (création de 7500 postes/an), 1 200 entreprises TIC implantées.

D’autant que le pays a depuis son indépendance mis en place une des politiques les plus volontaristes de formation scientifique et technique, qui produit environ 10000 ingénieurs par an pour une population de 11,6 millions, soit autant que la France proportionnellement, pour une population de 67 millions qui forme environ 32000 ingénieurs an.

Abritant 590 laboratoires et unités de recherche en 2015, selon le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, la Tunisie affiche des acquis solides en matière de recherche et développement.

Comptant 1 803 chercheurs par million d’habitants en 2014, la Tunisie domine la région MENA et se plaçait troisième en Afrique pour le nombre de publications scientifiques sur la période 1996-2015, selon la Banque Mondiale.

Alors comment avec un tel environnement et de telles capacités, la Tunisie n’est point reconnue comme un grand pôle Hightech africain au même titre que l’Afrique du Sud, le Kenya, le Nigéria, le Ghana, le Rwanda, l’Egypte, le Maroc ou encore le Sénégal.

Faut-il investir 10 millions $ pour entrer dans le top 10 et être considéré comme un écosystème attractif, innovant pour les investisseurs ? On est en droit de se poser la question…

C’est d’autant plus surprenant que le pays en 2018 collectionne les titres, reconnu pays africain le plus innovant (Bloomberg), la première place pour la qualité de son environnement entrepreneurial (Global Entrepreneurship Index) et dispose de la meilleure connexion internet mobile du continent (Speedtest Global Index). La Tunisie regorge de talents inexploités, c’est ce qu’a révélé Forbes dans un article publié le 11 janvier 2018.

Déficit de communication

Ce manque de visibilité, est avant tout dû à un déficit de communication pas aux compétences, et quand on vit au XXIème siècle, on se doit de reconnaître l’enjeu politique de la communication. La communication au même titre que l’information, la culture, la connaissance sont les industries d’aujourd’hui.

Or dans nos sociétés modernes affaiblies par les crises économiques, les tensions et le chômage, le succès est une culture. Il se cultive et devient un mode de communication diffusant une ambition et une attractivité positive pour l’image du pays, telle qu’en Estonie, Jordanie, au Rwanda, au Chili ou à Singapour.

Alors quand le Gouvernement tunisien met en place le premier Startup Act africain & arabe pour encadrer, accompagner le développement de l’écosystème startup tunisien, pour aider la jeunesse, force vive du pays et contrer l’exode massif des talents (l’OCDE évoque 95.000 compétences tunisiennes qui ont choisi de quitter leur pays depuis la révolution), il démontre sa volonté, son ambition et a su communiquer sur son initiative.

Le pays devient un exemple, un modèle en Afrique, et c’est parce que la Tunisie est « hub » de talents, de savoirs, d’éducation, de recherche et d’innovation à l’échelle africaine, qu’elle a été choisie par l’Alliance Smart Africa pour mener la réflexion sur le développement de l’écosystème startup africain.

Financement des startups tunisiennes

Qu’en est-il alors réellement de cet écosystème ? Selon le site ILBOURSA en Tunisie, le financement des startups tunisiennes s’est élevé en 2017 à plus de 10,5 millions de dollars, loin des 1,5 de Partech Ventures.

La prime revient à BARAC (Fintech- Big Data) avec 3,7 $ levés notamment auprès de la Barclays, qui analyse en temps réel les mégadonnées pour mieux protéger les systèmes informatiques, et a été la seule à détecter le virus Wannacry.

Puis vient NEXTPROTEIN (Agritech) avec 1,7 $ qui élève des larves de mouches de soldats noires qu’elle transforme en précieux composants pour l’aquaculture et animaux domestiques, ainsi que des engrais agricoles, parmi les investisseurs on compte le fond Kima Ventures de Xavier NIEL, et Jérôme LECAT, investisseur de la Silicon Valley.

EXPENSYA (Software) spécialisée dans la gestion intelligente des frais professionnels a levé 1,2 millions. Sa solution est aujourd’hui présente et utilisée dans 30 pays en Europe de l’Ouest, aux États-Unis, au Brésil, en Afrique du Sud, en Tunisie, à Singapour, au Maroc, au Japon, en Chine et à Hong Kong.

Puis se succèdent, POLYSMART (jeux vidéo) 0,6, DATAVORA (Big Data) 0,48, ILBOURSA (Média) 0,4, ROAMSMART (Télécom) 0,4, SYMMETRYK (IoT) 0,24, PAYPOS(Software) 0,2 METHANIA, 0,2 (Industrie créative).

Au total, l’écosystème en 2017 a connu 25 deals, sans compter les nombreuses startups ou les investisseurs qui préfèrent ne pas communiquer, et qui placerait le pays autour des 18 millions $ d’investissement dans les startups.

L’écosystème c’est aussi, une association Tunisian Startups, qui regroupe environ 500 startups, des incubateurs/accélérateurs (plus de 20) très performant, dont IntilaQ, Flat6Labs, BIAT Labs, Cogite, Wiki Startup, U Accelerator, …des Universités de renom Esprit, Université Centrale, des fonds d’investissement, Diva Sicar, Faster Capital, UGFS, et ceux reconnus à l’échelle du continent tel qu’AfricinvestOrange Digital Venture

Success story tunisienne

Il est à signaler que 60% des startups agissent à l’exportation, 20% d’entre elles s’orientent vers les marchés européens, 21% vers les marchés africains et 14% vers les marchés du Moyen-Orient et seulement 40% d’entre elles ne vendent pas leurs produits en ligne.

Ces startups œuvrant dans des domaines fort variés, participent à leur manière à la « success story » tunisienne, que nous connaissons mais que le monde ne connaît pas hélas.

ANAVA a intégré la Startup School de Y Combinator à la Sillicon Valley d’où ont émergé des géants comme Airbnb, Dropbox, Stripe”. FAVIZONE, qui offre une solution innovante de personnalisation pour les sites e-commerce s’implante en France, NAVIACOM, spécialisée dans la gestion et la télématique de flotte Machine to Machine, s’est déjà internationalisée au Sénégal, au Burkina Faso, en Mauritanie et en Côte d’Ivoire. La Start-up d’impression photo PICSTORE s’implante au Maroc

Sur 100 startups internationales retenues dans le cadre du programme BIG BOOSTER, 25 provenaient de la région Afrique Moyen-Orient, dont 9 étaient tunisiennes, AUMED, DIGITUS, KATOMI, NEXT GEN CORP, PROVEN MED INTERNATIONAL, TRIPOPT, WATTNOW, WINSHOT et EPILERT.

Le WORLD ECONOMIC FORUM a retenu 5 startups tunisiennes qui vont façonner le futur, BARAC, SIMPLE EXPERT, GO MY CODE, NEXTPROTEIN, IRIS TECHNOLOGIE.

eFRET.TN site web fonctionnant selon le principe de la bourse de fret a été lauréat du Prix Orange de l’Entrepreneur Social en Afrique et au Moyen-Orient 2017, devant plus de 1000 candidats d’une cinquantaine de pays

AXE FINANCE est une vraie success story tunisienne, discrète elle s’est positionnée sur l’activité du « credit process automation » au profit des banques et compte aujourd’hui, 10 000 utilisateurs, 28 banques clientes sur 20 pays.

ROAMSMART est totalement méconnue du grand public mais développe des outils dédiés à la gestion de l’activité roaming chez les opérateurs et compte 37 clients des Télécoms sur 31 pays dont ETISALAT, ZAIN, ORANGE, OOREDOO & TELENOR.

COGNIRA, qui a réalisé en 2017 des revenus de 4 millions de dollars, veut devenir une référence mondiale dans le Retail Analytics. Au moins une douzaine de fonds d’investissement veulent aujourd’hui investir dans COGNIRA ce qui témoigne du grand potentiel de développement dont elle dispose et de la bonne réputation dont elle jouit auprès des fonds d’investissement ainsi que de ses 23 clients.

INSTADEEP est la référence en Afrique en intelligence artificielle elle développe des informations accélérées par le GPU aux systèmes de prise de décision en auto-apprentissage basés sur les avancées de la R & D en intelligence artificielle. Fondé en octobre 2015, compte aujourd’hui plus de 60 employés répartis dans cinq bureaux, Tunis Londres, Paris, Nairobi et Lagos.

La première startup africaine à fabriquer des robots de façon industrielle de surveillance,ENOVA ROBOTICS vient de lever 1,5 million € pour étendre ses activités en Europe.

Comme on le voit, la Tunisie ne manque pas de success story et se positionne également dans des secteurs clés tels que la Fintech (SWIVER, PAYPOS, ULTIMIUM, VNEURON, HADRUM, KAOUN, MITIGAN…), de l’intelligence artificielle, de la Blockchain (ELECTRIFY NETWORKDIGITUS, l’ouverture du DAR BLOCKCHAIN, premier incubateur Blockchain du continent et l’Africa Blockchain Summit organisé en Tunisie en mai 2018.

De même en Tunisie, l’entrepreneuriat des femmes a le vent en poupe. Plusieurs startups sont dirigées par des femmes SEABEX et iFARMING, (agritech).  CARPET PLUS,AUCTION IT 4 HERSHE SHARES, HAND AND CRAFTS et AHMINI sont les premières startups tunisiennes lancées dans le cadre de l’initiative lancée par la Banque mondiale “EmpowerHer”

TUNISIE DIGITALE 2020

Avec de telles pépites technologiques, pourquoi la Tunisie n’est-elle point reconnue comme un écosystème startup africain ?

Outre le manque de communication et de visibilité à l’international, l’écosystème souffre également de la confusion qui s’exerce avec « l’offshoring », la sous-traitance que le plan TUNISIE DIGITALE 2020 encourage afin d’attirer les investissements et créer des emplois dans le secteur des TIC.

Au travers du programme « SMART TUNISIA » composante du Plan, le Gouvernement communique aussi bien sur des PM/PMI établis que sur les startups, et c’est cette confusion qui est nuisible.

Au même titre que SMART TUNISIA, les startups devraient avoir leur propre programme.

Un autre élément est le positionnement de la quasi-totalité des startups tunisiennes sur la niche B2B qui s’explique historiquement, par l’ancrage à l’offshoring, c’est une solution de facilité et de réussite rapide dans un petit marché que de se tourner à l’international, et obtenir un financement plus « accessible ».

Certes les startups tunisiennes ne bénéficieront point de l’exposition de leurs concurrentes africaines sur le B2C, il sera difficile de faire émerger une Licorne, mais elles créent plus de valeur, ont une présence à l’international qu’aucun autres pays africains, elles ont acquis des compétences métiers, de la flexibilité qui repoussent la concurrence des sociétés IT qui préfèrent les racheter. Ainsi, VENTE-PRIVEE vient d’annoncer l’acquisition de DACO, startup franco-tunisienne qui met l’intelligence artificielle au service des stratégies concurrentielles des marques.

La Tunisie, un véritable « hub » technologique

Mais ce qui fait et fera de la Tunisie un véritable « hub » technologique du continent ce sont les choix en 2017 de l’Union Africaine de faire de la Tunisie, le Centre d’Excellence du Digital Africain, le Centre des Statistiques Africains, et le Centre de la Propriété Intellectuelle et du Droit d’auteur Africain. C’est le fait que le pays va accueillir l’Université Franco-tunisienne pour l’Afrique et la Méditerranée plus important projet éducatif du continent et Station T l’équivalent de Station F l’incubateur de Xavier Niel.

Sachant que la Tunisie est déjà le siège de l’ALECSO (Organisation Arabe pour l’Education, la Culture et les Sciences) de l’Union de Radiodiffusion des Etats Arabes, de l’Organisation Arabe de Télécommunication par Satellite, de l’Organisation Arabe des Technologies de l’Information et de la Communication, du Centre Régional de Télédétection des États de l’Afrique du Nord et le Centre de formation de l’Union postale universelle (UPU) pour la Région Arabe et Africaine (l’UPU a confié à la Poste tunisienne la conception d’une plateforme africaine de commerce électronique baptisée “Ecom@Africa”).

Afin de promouvoir son système de navigation par satellite, BEIDOU (BDS), la Chine a choisi la Tunisie, son premier centre à l’étranger pour couvrir les services aux pays arabes et africains.

Et c’est enfin sa place d’organisateur d’évènements numériques d’envergure continentale qui permettra à la Tunisie d’obtenir cette reconnaissance. Et le plus récent Afric’up – Sommet des startups africaines qui a eu lieu le 2 et 3 octobre est déjà considéré comme le Vivatech du continent africain par Business France et l’ensemble des participants africains.

Article paru dans CIO Mag N°55 Novembre/Décembre 2018


Source : https://www.linkedin.com/pulse/lun-des-plus-%C3%A9tonnant-%C3%A9cosyst%C3%A8me-startups-en-afrique-zoghlami/


Evènements en relation:

         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         L’un des plus étonnant écosystème Startups en Afrique - La Tunisie
         Missions Visites aux Salons en Turquie
         « TASDIR+ » :Un bilan positif au cours du premier trimestre 2017
         Rencontres bilatérales en marge du forum universitaire Tuniso-africain
         BnB Tunisie : annonces immobilières en Tunisie
         Renforcer l’adoption du commerce électronique et des paiements numériques
         Renforcer l’adoption du commerce électronique et des paiements numériques
         La 4ème annulation de l’Appel d’offre de la carte vitale
         La Tunisie participera à l’Expo universelle 2020 à Dubai
         Évolutions économiques et monétaires ainsi que les perspectives à moyen terme
         Évolutions économiques et monétaires ainsi que les perspectives à moyen terme
         Innovation : La Tunisie, pays le plus innovant en Afrique et dans le monde arabe
         Nouvelles dispositions de la Banque Centrale relatives aux allocations pour voyages d’affaires
         La 4ème édition Salon de l’Entrepreneuriat

Made in Tunisia

« Première Place de Marché B2B de Tunisie, vous permet de trouver des produits, des fournisseurs et d'être en veille sur les appels d'offres, opportunités d'affaires.»

Propriété de Tunisie Place de Marché S.A. Tout les droits sont résérvés.